REMILLY Aubécourt et Dain en Saulnois : Vous êtes au pays du "Joli Fou"

logo du site
  • REMILLY
  • REMILLY
  • REMILLY

Accueil du site > Histoire > Auguste Rolland

Auguste Rolland

Auguste ROLLAND

Né à Metz le 04 juin 1797, Auguste ROLLAND était emmené quelques jours après sa naissance à Rémilly "d’où sa mère n’était sortie que pour chercher à la ville le secours des médecins".

Il passa ainsi son enfance à Rémilly où son père était notaire. A treize ans, on le plaça au collège de Sarreguemines où avec le latin, l’histoite et la géométrie, il reçut ses premières leçons de dessin.

Il poursuivit ensuite ses études, d’abord à Heidelberg où, tout en apprenant l’allemand, il dessina les vieux chateaux des bords du Neckar (1817), puis ensuite à Strasbourg où il obtint le grade de bachelier ès lettres (3 juillet 1818) et celui de bachelier en droit (6 juillet 1819).

Il s’en alla ensuite terminer ses cours et subir les épreuves de la license en droit à Paris (5 janvier 1821) afin de pouvoir, après un stage, exercer le notatriat à l’étude de Pange qui lui était proposée. Devenu architecte après avoir passé vingt mois dans l’atek=lier de Ménager, bon architecte et professeur éclairé, il renonça à l’architecture comme il avait renoncé au notariat.

L’exposition départementale de l’Industrie et des Beaux Arts qui s’ouvrit à Metz en 1834 lui fit découvrir son talent pour la peinture. Après avoir fréquenté Charles Laurent MAréchal, il se révéla un peintre paysagiste réputé "le roi du paysage au pastel", "pastelliste émérite et "vivant animalier".

Il était l’auteur de nombreux tableaux, inspirés par les beaux paysages qui l’entouraient au sein de la nature ou qu’il avait rapporté de ses voyages, souvenirs qu’il faisait revivre avec bonheur dans ses peintures. Ses oeuvres étaient particulièrement recherchées à Paris où l’on s’arrachait ses pastels. C’était l’époque de ses grands succès. Philanthrope et bienfaiteur de Rémilly dont il fut maire de 1834 à 1850, il employa une bonne partie de sa fortune à faire de sa commune un village modèle.

En 1840, il fit restaurer l’église et construire à ses frais le nouveau clocher (détruit le 11 novembre 1944). Il fit construire le Mairie-Ecole dite d’Auguste ROLLAND (à l’angle de la rue Auguste Rolland et de la rue de Pont à Mousson) ; en partie sinistrée en 1944 dont les sculptures furent faites en dehors des devis et aux frais exclusifs d’Auguste Rolland.

Il légua à la commune de Rémilly une somme de deux mille francs or dont la rente était spécialement consacrée à l’entretien des bâtiments de la mairie (spoliée par les Allemands).

La vente des tableaux d’Auguste Rolland formait un budget spécial, dit "budget des pastels" affecté aux besoins du village et surtout des écoles. Geâce à Auguste ROLLAND le renommée de Rémilly passa même les frontières puisque trois gravures parurent vers 1880 à Stuttgart.

Auguste ROLLAND ne se contenta pas seulement d’embellir Rémilly. Il fit construire d’après ses plans les mairies des communes environnantes de Herny, Luppy, Béchy, Adaincourt et Courcelles-Chaussy. Il mourut à Rémilly le 27 avril 1859.

Sur sa tombe, dans le cimetière privé de la famille ROLLLAND - PEUPION, est gravé "Rémilly garde le souvenir de ses bienfaits".

Lors de la séance du 12 août 1860, le Conseil Municipal de Rémilly a pris par acclamation la décision que le buste de bronze d’Auguste ROLLAND, exemplaire unique coulé grandeur nature d’après le modèle fait en 1849 par Charles PETRE, serait placé dans la salle des séances.

Dans sa séance du 03 octobre 1935 le Conseil Municipal a décidé de donner le nom d’Auguste ROLLAND à une partie de l’artère principale qui traverse l’agglomération de Rémilly.

Les oeuvres d’Auguste ROLLAND

Le CHAUME : En 1842 Auguste ROLLAND exposa à Metz Slege Pastel dont le principal qui était d’ailleurs une de ses meilleures productions était intitulé "LE CHAUME" qui fut l’objet d’une poésie de son frère Adolphe ROLLAND : • "Cette île est mon royaume" • "Chaume" • "Où je sommeille en paix" • "Où le feu que j’allume" • "Fume" • "Dans les arbre épais" (Extrait)

LE VILLAGE LORRAIN Exposé à Paris en 1844 couronne une heureuse série " Il est aussi bien peint qu’il est conçu"

LES ROSEAUX DE BOULIGNY (Dans Ecole de Metz en couleur) Parmi les meilleures oeuvres d’Auguste ROLLAND. Paris s’arrache ses pastels. C’est l’époque des grands succès.

BORDS DE LA NIED

QUEUE D’ETANG

CANARDS SAUVAGES

SANGLIERS CHANGEANT DE PAYS (Dans Ecole de Metz en couleur)

L’ATTENTE EFFET D’HIVER (Dans Ecole de Metz en couleur)



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF